13 novembre 2007

Les rivières

esher

Parfois je me demande

Dans quelle mesure c'est possible, les liens peuvent-ils etre si profonds entre les choses, l'homme peut il vraiment raccorder son intime à ce qu'il a rencontré ou dans quelle mesure ne suis-je pas juste d'une névrose compliquée, je pleure en pensant à mon père et en réalisant ce que nos années de séparation ont représenté, je réalise la césure, je pense à ce lien non pas distant, non pas vidé, mais vraiment interrompu et je réalise dans ce bus qui m'emmène et dans lequel j'essaie de suivre le fil de mes pensées un peu humides, je réalise que ce même mot interrompu je l'ai utilisé quelques jours auparavant en lui parlant mon homme et je me demande si je suis folle ou si on peut réellement être lié à tout ce qu'on a vécu, s'il y a vraiment un lien entre l'interruption de l'amour pour mon père et l'interruption de ma jouissance pour mon homme, cette peur incommensurable qui me fait repousser ce moment sans cesse, apeurée de jouir, apeurée de sentir jusqu'au bout ce que deux êtres humains sentent lorsqu'ils fusionnent, refuser mon corps dans son entier, est ce que c'est possible est ce que nous sommes si dépendants à toute cette intériorité, je me demande, souvent, comment je pourrais vivre si je n'avais pas ces clés là, vivons nous jusqu'à la fin avec des mots confus en bouche et des noeuds indolores à la longues mais coincés dans les côtes, dans le coeur, dans le sexe, dans la tête, est-ce qu'on dégueule un peu tous les jours est-ce que c'est comme ça que la majorité des gens vivent sans s'entendre, est-ce qu'ils ne trouveraient pas hallucinant ces liens entre ma petite et ma grande histoire est-ce qu'il verraient derrière l'extrapolation, ou est-ce qu'on nage dans cette eau épaisse jusqu'au jour où on trouve ces sens qui remplacent la douleur, est ce que j'ai trouvé du sens est-ce que ça remplacera la douleur? Je repense aux pensées profondes à l'introspection je me demande à quel point j'ai avancé en liant toutes ces choses entre elles mais j'ai comme un vertige à me sentir si proche de ce qui est tout au fond à l'intérieur et si précis et si abstrait et je me dis parfois c'est comme si ce que d'autres finissaient par ne plus voir ou dépasser moi je restais bloquée, ancrée, attachée, jusqu'à ce que je trouve le mot, le sens, l'interprétation qui me libère, qui me donne à respirer, à manger, à pleurer, je pleure beaucoup en ce moment, dans mes rêves, dans ma vie, je crois que c'est bien, je crois que ça sort par tous les pores. Enfant je me pensais si différente des autres, coincée dans autre chose, dans une autre vie, dans d'autres pensées que celles que les autres se posaient. C'est comme si j'étais restée coincée là bas et qu'il me fallait toutes les clés pour entrer dans ma vie d'adulte, que je devais prendre les chemins de traverse.

introspection

Posté par Bleue à 01:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Les rivières

    .......★

    Ho! oui j epense que tu es "en plein dedans" et que tu sembles avancer à grands pas...les introspections sont comme des enquêtes...il faut réunir suffisment d'indices pour "comprendre" ce qu'il s'est passé...il arrive que par moment tout soit très confus...mais l'inconscient "gère" très bien les infos, il les digère puis les renvois doucement et petit à petit à la conscience... il protège le corps en quelque sorte, ton corps envoit un message par des symptomes, et ton inconscient envoi lui aussi des messages en rapport etroit avec ces symptomes...peu à peu ta conscience par l'introspection assimile et te parle par la pensée...

    je pense que tu dois avoir la solution là quelque part...ou ne pas en etre très loin...tiens bon!

    ce n'est pas rare pour une femme de symptomiser par des troubles sexuels...la jouissance il faut se l'accorder, quand ça bloque, la plupart du temps c'est n noeud psy (comme tu l'as dit)...quelque chose du passé qui n'autorise pas ou plus le lacher prise nécessaire au plaisir...

    fouille, continue...tu es humaine c'est tout!

    mes pensées t'accompagnent.

    Posté par juju.k, 15 novembre 2007 à 10:08 | | Répondre
  • .......★

    symptomiser!! ce n'est pas le mot en plus mal ecrit...je voulais dire somatiser! mais tu m'avais compris!!

    Posté par juju.k, 15 novembre 2007 à 10:09 | | Répondre
  • J'ai mis du temps à répondre, parfois je m'éloigne longtemps de ces textes -
    Je me demande toujours, certaines périodes où les questions n'affluent pas, si ce sont ces moments là, qui sont mon vrai moi, ou si ce sont ceux de l'extrême conscience. Je ne me sens jamais entière dans l'insousciance - juste au repos
    Merci pour tes mots...

    Posté par Lune, 04 décembre 2007 à 01:10 | | Répondre
Nouveau commentaire